Why do we Halloween?


The traditions of modern Halloween — costumes, ghosts, trick-or-treat — come from a number of ancient civilizations. According to the History website, most experts believe that this spooky holiday stems from the Celtic festival of Samhain. Some 2,000 years ago, the Celts celebrated their new year on Nov. 1. To them, this date symbolized death because it was the beginning of wintry darkness. Consequently, they believed that the border between life and death was softened on the night before the new year, Oct. 31, and that the spirits of the dead came back to Earth to destroy their crops and cause mischief. In response, the Celts wore animal-themed costumes and threw crops and animals into the raging bonfire to summon the protection of deities. In the 8th century, Pope Gregory III made Nov. 1 a holiday in which to remember saints and martyrs. This celebration, called All Saints’ Day, included a few Samhain customs. The night before All Saints’ Day, or All Hallows’ Eve, eventually became Halloween. A pagan festival of the Dead and All Souls Day also contributed to modern Halloween customs. For instance, some believe that trick-or-treating probably stems from All Souls Day parades in England, where the poor would beg attendees for food. Today’s Halloween is a time for children to dress up in spooky costumes and go to people’s houses for candy and other treats or for adults to attend costumed parties. how-far-in-advance-can-you-carve-a-pumpkin_300f3c30-f06f-453a-a9c5-bcbdafad6628 started-halloween_65944e5f8e6bf9d4

Why Pumkin Is assocaited with Halloween?


The practice of carving pumpkins and lighting them from within with candles for Halloween originated in Ireland with a folktale about a man named Stingy Jack. Based on the story of the “Jack-o’-lantern,” American children began carving their own lanterns out of New World pumpkins. The lanterns became associated with Halloween when the mayor of Atlanta decorated his home with them for a Halloween party.

According to the folktale, Stingy Jack invited the Devil to have a drink. Not wanting to pay, he convinced the Devil to turn himself into a coin. However, rather than use the coin to pay for the drinks, Jack kept it for himself. Eventually Jack freed the Devil who promised not to take his soul to Hell. Instead, he gave Jack an ember that he placed in a hollowed-out turnip and carried as he walked the Earth forever.

The legend of Stingy Jack and his turnip lantern traveled to the United States with Irish immigrants. It was not long before children began making their own vegetable lanterns using pumpkins, which were plentiful in America. Over the years, children began carving faces into the pumpkin lanterns to frighten each other. Throughout the late 19th century, jack-o’-lanterns became more common as decorations at Halloween until they became part of the holiday itself.

Americans celebrate Halloween on October 31st


Americans Celebrate Halloween
October 31

Every ctober 31, both children and adults slip into the night as ghouls and goblins, princesses and pirates. Many Americans celebrate the traditions of Halloween by dressing in costumes and telling tales of witches and ghosts. Pumpkins are carved into glowering jack-o’-lanterns. Children parade from house to house, knocking on doors and calling out “Trick or treat!” hoping to have their bags filled with candy. It can be a night of fun for those who participate, but the history of Halloween in America has a darker side.   For most of the 19th century and well into the 20th, Halloween was more trick than treat. Bands of mischief-makers roamed city streets and country roads blowing horns and vandalizing both residences and businesses. In addition to playing relatively harmless tricks, some pranksters caused major inconveniences. Often, special police were appointed to keep damage to a minimum.
Today, many people celebrate Halloween at masquerade parties. Sometimes, those who are at the party vote for the best costume. Have you ever been to a Halloween party? What costume will you be wearing this year?

The Origin of Halloween


Halloween History & Origin

Halloween is the one of the oldest holidays still celebrated today. It’s one of the most popular holidays, second only to Christmas. While millions of people celebrate Halloween without knowing its origins and myths, the history and facts of Halloween make the holiday more fascinating.
Some people view Halloween as a time for fun, putting on costumes, trick-or-treating, and having theme parties. Others view it as a time of superstitions, ghosts, goblins and evil spirits that should be avoided at all costs.
As the Christian debate goes on, celebrating Halloween is a preference that is not always viewed as participating in an evil holiday. Halloween is often celebrated with no reference to pagan rituals or the occult.

Halloween History

Halloween is on October 31st, the last day of the Celtic calendar. It was originally a pagan holiday, honoring the dead. Halloween was referred to as All Hallows Eve and dates back to over 2000 years ago.
All Hallows Eve is the evening before All Saints Day, which was created by Christians to convert pagans, and is celebrated on November 1st. The Catholic church honored saints on this designated day.

Origin of Halloween

While there are many versions of the origins and old customs of Halloween, some remain consistent by all accounts. Different cultures view Halloween somewhat differently but traditional Halloween practices remain the same.
Halloween culture can be traced back to the Druids, a Celtic culture in Ireland, Britain and Northern Europe. Roots lay in the feast of Samhain, which was annually on October 31st to honor the dead.
Samhain signifies “summers end” or November. Samhain was a harvest festival with huge sacred bonfires, marking the end of the Celtic year and beginning of a new one. Many of the practices involved in this celebration were fed on superstition.
The Celts believed the souls of the dead roamed the streets and villages at night. Since not all spirits were thought to be friendly, gifts and treats were left out to pacify the evil and ensure next years crops would be plentiful. This custom evolved into trick-or-treating.

Le Royaume des Berghouata au Maroc


Le Royaume des Berghouata

 
Qui sont ces Berghouata? Qui ont  régné de 742 à 1148, sans laisser la moindre trace dans l’histoire officielle.  Leur nom ne figure nulle part dans les manuels scolaires d’histoire. Il est  vraisemblable que tous les archives qui les concernant ont été délibérément  détruits pour faire passer sous silence l’existence d’un peuple qui dérangeait  les idéologies arabo-islamiques qui avaient dèja atteint une grande ampleur au  Maghreb. Très peu savent que les Berghouata furent la dernière dynastie dont  les rois étaient des marocains de souche, des fils du bled du premier jusqu’au  dernier. Ils ont régné sur la région de Tamesna de Salé à Safi (ce qu’on nomme  aujourd’hui le Maroc utile), surtout ils avaient leur propre prophète, leur  coran et leurs rites. Ils étaient connus également sous le nom de Béni Tarif,  d’après le nom du fondateur de la principauté, qui avait rejoint le dessident  kharijite Mayssara et porter le glaive contre les conquérants musulmans. La  plupart des historiens décèlent que les Berghouata, proviennent de la dynastie  berbère des Bacchus, et que Tarif est un amazigh. Les berbères de Masmouda et  Zénata ont désigné Tarif  comme  chef.  Il fut considéré comme le  fondateur de la principauté des Berghouata, mais son fils Salih qui passe pour  être le fondateur spirituel et le créateur de la religion des Berghouata. Les  Berghouata voulaient recréer une copie conforme dans le Maghreb sous le  troisième prince de la lignée, Younès pour que la prophétie des Béni Tarif soit  révélée.
        Il imposa une religion d’une manière de  Coran comprenant quatre vingt sourates qui portaient presque toutes le nom d’un  Prophète, on y comptait celui d’Adam, Ayoub, Pharaon, Harout…..Ni Salih qui  avait peur pour sa vie, ni même son fils à qui son père a confié sa religion,  sa science, ses principes et son « fiqh »,  ne se sont proclamés prophètes, ils restèrent tous deux partisans des Ibadites  de la fraction des Kharijites (musulmans plaidant pour la démocratie et  l’égalitarisme). Exactement comme l’avait fait, avant lui, le prophète Mohamed  en Orient. Younès eut même recours à un autre verset du Coran pour faire  prévaloir le statut mérité de son grand père en tant que  prophète : « Et nous  n’avons envoyé de Messager que dans  la langue de son peuple » (sourate Ibrahim, verset, 4). Son argument  est simple : Mohamed étant arabe, Salih a d’autant plus le droit de  transmettre le message de Dieu auprès des siens au Maroc. Younès a même prédit  que son grand-père allait réapparaître sous le règne du 7eme roi des Béni Tarif  en tant que « Al Mehdi Al  Mountadar » (inspiration chiite).
D’après l’historien Mouloud Achaq et selon Mohamed  Talbi qui avance que la religion des Béni Tarif ne s’est pas totalement  écartée se l’Islam. Elle s’est contentée de l’adapter dans une version  amazighe, locale et indépendante de l’Orient, en se dotant d’un coran local et  d’un prophète local. Ils voulaient probablement montrer qu’ils n’avaient pas de  leçon à recevoir des despotes de l’Orient et qu’ils pouvaient produire leurs  propres règles religieuses. Dans les faits, douze tribus seulement ont accepté  la prophétie des Béni Tarif. Les autres tribus sous leur domination, et dont le  nombre s’élevait à 17, ont gardé leur ancienne confession, l’Islam moutazilite.  Or, les Berghouata sont comportés avec ces tribus comme des alliés et ne les  ont pas persécutées au nom de la nouvelle religion. Au niveau de la population,  les rites des Berghouata s’apparentaient de manière étonnante aux croyances  païennes ancestrales et aux pratiques de sorcellerie, dont la sacralisation du  coq, ils disent toujours, au lever du jour, « la tay wadane afellous » (le coq appelle à la prière).  Selon l’orientaliste Nahoum Slouch,  l’interdiction de manger la chair de coq proviendrait des Juifs du Machreq au  Sahara. Ce qui a incité Slouch à affirmer que « la religion des Berghouata est musulmane dans sa forme, berbère dans  ses rites et juive dans son fond et ses tendances ».
A une différence près : Les  préceptes régissant le dogme, étaient nombreux et hétérodoxes, un jêune  hebdomadaire du jeudi était obligatoire, la prière était faite cinq fois le  jour et cinq fois la nuit, la prière publique se faisait à l’aurore (fjer) non  le vendredi à midi (dhor), aucun appel (adène) à la prière ni rappel (ikamat).  Une partie de leur prière  se faisait sans  prosternement (rekât) et une autre à la façon Orthodoxe, ils récitaient la  moitié de leur coran pendant qu’ils étaient debout et l’autre moitié pendant  les inclinations. Le salut était en dialecte berghouati “Dieu est au dessus de nous, rien de la terre  ni des cieux ne lui est inconnu “.  Tout Berghouati pouvait épouser autant de femmes qui le lui permettaient ses  possibilités mais il ne pouvait contacter union ni avec une musulmane orthodoxe  ni avec une cousine jusqu’au troisième degré. Il peut répudier et reprendre ses  femmes. Le menteur était flétri du titre d’el morhaier (qui s’éloigne de la  vérité) et généralement expulsé du pays. Comme alimentation étaient illicites  la tête et la panse des animaux.
La région de Tamesna, traversée de forêts  et de ruisseaux, qu’est née l’idée de nature hantée. Quant à la réticence à  manger la tête de certains animaux, dont le poisson, et l’interdiction de  manger les œufs, elles sont toujours de rigueur chez certaines tribus des  Masmouda qui se sont réfugiées dans le Souss, après la dissolution de la  principauté des Berghouata dont la mise en échec n’a pas été chose facile, loin  s »en faut. Qu’est-ce qui lui a donné une telle force de résistance.
  Après le carnage de Oued Beht et celui  du village de Timaghine, qui leur ont permis d’élargir leur domination au début  du 10eme siècle, Abdellah Abou Al Ansar, un roi berghouati pacifiste et cultivé  est arrivé au pouvoir. A l’inverse de ses prédécesseurs, a réussi à fédérer  nombre d’alliés sans avoir à répandre le sang. Al Bakri raconte qu’il rassemblait ses hommes, préparait son  armée et s’apprêtait à lancer des attaques contre les tribus avoisinantes.  Lorsque ces derniers lui offraient des présents dans une tentative d’attirer sa  sympathie et qu’il acceptait leurs présents, il dispersait ses hommes en signe  de renoncement à l’attaque envisagée. Cette description montre à quel point les  tribus entourant le royaume des Berghouata craignaient ces derniers et tenaient  à maintenir une trêve avec eux, liées par un lien national propre aux  Berghouata. 1- Lien  des Béni Tarif, détenteurs du pouvoir et les leaders de l’alliance idéologique  et         spirituelle du royaume.   2- Suivi  des Masmouda, qui jouissaient d’un rang social privilégié.   3- Des  Zénata et des Sanhaja, dont le rang social, s’étaient améliorés grâce à leur  activité commerciale.   4-  Toutes tribus soudanaises, grâce à leur bonne maîtrise du flux des caravanes  provenant du Sahara.
  A ce phénomène, Ahmed Siraj pense, quant à lui, que chez les Berghouata « les tribus faisaient les frontières », elles faisaient quelque 400  fortifications dans leurs villes stratégiques, telles Chellah, Fédala ou Anfa.  Mais leur puissance réelle résidait dans leur force économique. Ils pouvaient  selon Ibn Haouqal, avoir des  échanges commerciaux même avec des gens d’Aghmet, du Souss et du Sijilmassa. Au  point de vue agriculture, il suffit de citer Léon l’Africain « de  blé égale du temps de ces hérétiques, l’abondance du blé était telle que les  gens échangeaient une quantité à ce que pouvait porter un chameau, contre une  paire de babouches » .      Seulement, jusqu’en 1994 que les  premières tentatives d’exploration de la mémoire des Berghouata qu’a commencé  les travaux, dont le but initial était de constituer la carte archéologique de  la région de Mohammedia, ont permis dans un premier temps de découvrir le site  de « Makoul » que le géographe Al idrissi et l’historien Ibn  Khatib signalaient sur la route reliant Salé à Marrakech. Après, ils ont  découvert d’autres tombeaux empreints de motifs ornementaux à proximité de la  route reliant Casablanca à Rabat, non loin de Oued El Maleh sur le site de Sidi  Bouamar. Chose surprenante, des tombeaux similaires qui étaient également sous  le pouvoir des Berghouata dans les régions de Chaouia, Doukkala et Abda. Même  opération de recherche, on découvrit un site, évoqué d’ailleurs par l’historien Michaux Bellaire, que l’on nommait  « cimetière des Mages (Al Majous) ».  Ce lieu serait un des rares témoignages attestant de la mémoire collective des  Berghouata et l’image que les musulmans avaient d’eux à l’époque.
  Leur puissance militaire allait se  manifester clairement lorsque le fondateur de la dynastie Almoravide, Abdellah  Ibn Yassine, a essayé de les anéantir en 1059. Sur cet événement, Mouloud Achaq nous  raconte : Ibn Yassine s’est aventuré dans cette péripétie sans  préparation. Il croyait pouvoir vaincre les Berghouata alors qu’il venait du  désert et que ceux qu’il venait combattre connaissaient mieux leur région,  difficile à pénétrer. Il sera tué  dans cette bataille et inhumé dans un village perdu du nom de Kérifla.
  Le royaume des Berghouata a résisté  plus de quatre siècles, en effet jusqu’au milieu de XIIe siècle, ils ont su  sauvegarder leur souveraineté et leur indépendance. Ils ont subi les attaques  successives des Idrissides, des Fatimides, des Zirides, des Zénata et même des  Almoravides. Toutes ces puissances ne seront parvenues à les anéantir. Ce sont  les Almohades qui en viendront à bout à ce royaume amazigh original, qui était  un peuple d’une vaillance et d’une robustesse incomparable, hommes et femmes se  distinguaient par leur beauté et par leur extraordinaire force musculaire.  C’est par Abdelmounen ben Ali El Goumi de la dynastie des Almohades qui a  probablement conduit à l’anéantissement du Maroc officiel et petit à petit  effacé leurs traces, en important des tribus arabes de Tunisie pour remplacer  les tribus affiliées aux Berghouata et en changeant l’appellation de la région  (Tamesna) par Chaouia. Ainsi, le directeur de l’Institut royal des études  d’histoire, Mohamed Kabli, nous  assure que le manuel de l’histoire du Maroc en cours de préparation recèlera  pour la première fois le peu qu’on sait sur la dynastie des Berghouata.
Auteur: L’houari bouattar    Date : 2009-08-19
 
Posted by amazighi freeman at 5:38 PM 0 comments

L’origine des Juifs d’Afrique du Nord


L’origine des Juifs d’Afrique du Nord

 
 

Les habitants de l’Afrique du Nord sont tous à l’origine des Berbères. La conquête arabo-musulmane n’a laissé sur place que peu de soldats venus de l’Arabie et de l’Orient arabisé. Néanmoins, la civilisation arabe et la religion musulmane réussirent à s’implanter dans les villes, à les arabiser, et à les islamiser. Par contre, de grandes franges de la population autochtone sont restées berbérophones jusqu’à ce jour. Il va sans dire que la scolarisation et les media tendent à propager de plus en plus l’arabisation officielle, qui souvent s’affronte à un mouvement de renouveau berbériste. Je n’utilise le terme de berbère, que pour plus de commodité, à la place du terme plus précis, des Imazighen. Quand à l’origine des Juifs d’Afrique du Nord, il est impératif d’élucider un mythe assez répandu dans les medias actuels. Est-il nécessaire de préciser qu’une présence juive en Afrique du Nord ne peut être possible avant l’époque romaine, pour la bonne raison qu’un judaïsme, dans le sens propre du terme, n’existait point avant cette époque ? La présence de Sidoniens, de Phéniciens ou de Puniques sur les côtes méditerranéennes n’a rien avoir avec la religion monothéiste juive. Il en est de même pour les colonies Israelites ou  Judéennes à Yeb (Éléphantine) ou en Basse Égypte qui ne sont qu’un reflet du culte monolâtrique israélite de l’époque monarchique pré deutéronomiste. Par contre, avant même la destruction de Jérusalem et de son temple en l’an 70 par les Romains, et la perte de l’indépendance, une diaspora judéenne florissait déjà en Afrique du Nord, surtout à Alexandrie où fut traduite la Bible trois cent ans environ avant n. e. et en Cyrénaïque. En plus de ces Judéens, il faut prendre en compte l’attrait qu’avaient les gentils, ou les païens, pour l’antique culte judéen, ses traditions ancestrales, sa longue histoire et ses fêtes. Cet attrait engendra un vaste mouvement de conversion à la religion juive, qui fut aussi renforcé par de nombreux païens, dessebomenoï, ou des « craignant Dieu », à la marge de ces convertis, qui avaient une grande admiration pour le Judaïsme, mais qui ne s’étaient pas convertis. L’accroissement progressif des adhérant à la secte des « partisans de Jésus », devenus plus tard, les Chrétiens, terme qui n’existe quasiment pas dans les textes du Nouveau Testament, est due entre autres au passage de la plupart de ces nouveau Juifs et des « craignant Dieu », sous les règnes des empereurs Constantin et Justinien, du Judaïsme au Christianisme, qui était moins exigeant dans ses pratiques rituelles. Il ne fait plus de doute, comme le précise Maurice Sartre, qu’un grand mouvement de conversions au judaïsme traversait tout le monde romain. Plus de 10% de la population de ce monde, surtout en Afrique du Nord et en Orient, sont Juifs, sans compter les sympathisants de cette religion. Néanmoins on ne peut parler du Judaïsme de l’époque comme d’une religion prônant un prosélytisme actif, ceci, malgré quelques judaïsations forcées en Galilée et en Judée, sous les rois hasmonéens. Mais contrairement à l’avis de l’historien Shlomo Sand et du linguiste Paul Wexler, rien ne prouve que tous ces nouveaux convertis réussirent à surmonter les pressions de l’empereur Justinien au VIe siècle, et encore plus de la conquête militaire musulmane, et restèrent juifs. Les seuls qui pouvaient, à la rigueur, s’accrocher à leur religion ne pouvaient être que les Juifs qui l’étaient par ascendance familiale, kata sarka et non par adoption tardive. Avec l’avènement de l’Islam au VIIe siècle, la majeure partie des habitants autochtones de l’Afrique du Nord, les Imazighen, convertis d’abord au Judaïsme, puis au Christianisme, furent pratiquement tous contrains à s’islamiser. Ce qui rend très probable, à mon avis, la constatation que les seuls nord-africains qui sont restés juifs ne devaient être que ceux qui, à l’origine, avaient émigrés de la Judée et de la Galilée. Aussi, la thèse défendue par l’historien tunisien Ibn Khaldoun (1332-1406) dans son livre l’Histoire des Berbères et des dynasties musulmanes de l’Afrique septentrionale, selon laquelle les Berbères seraient des descendants de Cananéens ou que le personnage de Dihya el Kahina serait d’origine juive a été largement réfutée par les historiens Abdelmajid Hannoum et Gabriel Camps. Malgré le mouvement berbériste qui cherche à s’affranchir du joug de la culture arabo-musulmane, en mettant en avant les origines juives des Berbères ou l’origine berbère des Juifs nord-africains, il faut se rendre à l’évidence et ne pas prendre des mythes pour des vérités historiques.Malgré la sympathie que ressentent actuellement les Juifs d’Afrique du Nord pour certains de ces mouvements représentés dans le Web, les Juifs nord africains, dans leur grande majorité, ne seraient donc pas des Berbères convertis mais principalement des anciens Israelites et Judéens émigrés de leur pays, avant et surtout après la révolte contre les Romains. Dernièrement, Shlomo Sand dans un livre pamphlétaire prôna l’inexistence d’un peuple juif qui à son avis fut inventé de toute pièce par le mouvement sioniste. Ce qui assez dissimulé dans son livre c’est  le fait qu’il ne fait que répéter ce qu’avaient déjà dit quasiment tous les historiens du peuple juif  bien avant lui. En outre, aucun historien sioniste n’a jamais prétendu que les origines des Juifs étaient ethniquement, biologiquement  ou génétiquement exclusives ou que tous les Juifs devaient obligatoirement avoir des ascendants remontant aux populations des royaumes d’Israël et de Juda.Les brassages constants de populations à travers les siècles ont effacé toute possibilité d’évoquer une définition à base ethnique du peuple juif et de quasiment toutes les populations des états-nations actuelles. Il serait aussi ridicule, comme essaient de le faire certains généticiens peu scrupuleux de la rigueur scientifique,  de vouloir prouver à tout prix l’existence d’un dominateur génétique commun à tous les Juifs du monde actuel. Durant tout le Moyen âge, l’Afrique du Nord et l’Espagne ne formaient qu’un seul domaine culturel et les lettrés juifs à l’époque voyageaient  facilement d’une communauté à l’autre. Ce brassage de population ne permet plus de distinction ethnique entre les Juifs d’Espagne et ceux de l’Afrique du Nord. Cependant, avec l’expulsion des Juifs d’Espagne et du Portugal, après 1492, les Juifs de la péninsule ibérique, devenue chrétienne, émigrèrent en partie en Afrique du Nord et composèrent une communauté distincte par ses origines et son particularisme. On les appelle les megorashim, les expulsés, par rapport aux toshabim, les autochtones, termes que l’on retrouve principalement dans les actes de mariages, les ketubot. Grace à ces nouveaux venus qui constituèrent une aristocratie locale, le dialecte judéo-arabe marocain, dans toute sa diversité, est encore truffé d’espagnol dans le domaine lexical. Jusqu’au XIXe siècle, on continua même de traduire à Meknès dans des textes du droit juif, dans les responsa (les she’elot u-teshubot), certains termes de l’hébreu en espagnol, pour qu’ils soient mieux compris par le lecteur. Brève bibliographie Camps Gabriel, Berbères, mémoire et identité, Actes Sud, Paris 2007, publié précédemment aux éditions Errance, 1987. Hannoum Abdelmajid, « Historiographie et légende au Maghreb : la Kâhina ou la production d’une mémoire », in L’invention historiographiqueAnnales. Histoire, Sciences Sociales, 54e année, n° 3, mai, juin 1999, p. 667-686. Le Bohec Yann, « Bilan des recherches sur le judaïsme au Maghreb dans l’Antiquité », Espacio, Tiempoy Forma, Série II, H. Antigua, t.6, 1993, p. 551-566. Oufkir Raouf, Kahena la princesse sauvage, Tome I, L’impératrice des songes, Flammarion, Paris 2010 Sand Shlomo, Comment le peuple juif fut inventé, Fayard, Paris 2008 Sartre Maurice, L’Orient romain. Provinces et sociétés provinciales en Méditerranée orientale d’Auguste aux Sévères (31 avant J.-C. – 235 après J.-C.), éd. Le Seuil, Paris 1991 Schroeter J. Daniel, La découverte des Juifs berbères, in Relations Judéo-Musulmanes au Maroc : perceptions et réalités, edited by Michel Abitbol, Éditions Stavit, Paris 1997, p. 169-187 Wexler Paul,The Non-Jewish Origins of the Sephardic Jews,  State Universityof New York, Albany1996
Texte d’une conférence à Marseille le Mercredi 5 mai 2010 à 19h30, Au Centre Culturel Edmond FlegJUDAÏ-CITE, 4 Impasse Dragon 13006 Marseille, diffusé à Radio JM à cette occasion

 
Source : le site dafina; Lire l’article sur le site dafina

Auteur: Yigal Bin-Nun    Date : 2013-09-15 Source : Dafina

 






Fatima Tachtoukt, the best young Tamazight ( Berber) female singer nowadays

Video

Previous Older Entries

WordPress.com News

The latest news on WordPress.com and the WordPress community.