Moha Ouhammou Azayani : martyr, héros et symbole de la résistance amazighe au Maroc


Toutes les régions amazighes du Maroc ont connu une résistance armée acharnée contre la pénétration française ressentie comme une atteinte à la liberté, à l’indépendance et à la dignité de leur pays. Mais c’est certainement dans le  Moyen Atlas, avec Moha Ouhammou Azayi et la bataille célèbre d’Elhri, que cette  résistance armée généralisée contre le colonialisme français a trouvé exemple, inspiration et encouragement. Malheureusement, cette résistance amazighe qui a duré plus de 25 ans (1908-1936) n’est connue qu’à travers les échos de batailles célèbres comme celle de Elhri ( 1914), Anoual du Rif(1921), Tazizaout (1932), Saghro ( 1934) dans le Haut Atlas …
Cette glorieuse page de l’histoire des enfants du Maroc a tout simplement été occultée volontairement des programmes d’histoire officielle afin qu’elle ne fasse pas d’ombre à la « résistance » politicienne de l’oligarchie arabiste, encadrée et financée par les français eux-mêmes, et qui s’est accaparée le pouvoir et exclu l’amazighité et ses symboles depuis la mascarade de Aix les Bains.

         La mémoire collective des populations concernées, a gardé  intact, le souvenir de ces moments très durs où pas un seul jour ne s’est passé sans « baroud ». Les récits des batailles, de drames aux multiples dimensions sont ainsi conservés de manière étonnante, surtout par la poésie, la poésie de la résistance amazighe qui restitue, non seulement des impressions, des sentiments, des échos saisissants, mais aussi des image telles des « photographies instantanées », vivantes et parlantes, des faits dont la réalité est attestée.

 Incontestablement, la mémoire collective de la région mais aussi de tout le Maroc retient que Moha Ouhammou est un patriote résistant qui n’a jamais composé avec l’ennemi malgré maintes tentatives des français de le rallier à eux. Il s’est juré que ces derniers ne verraient son visage ni vivant ni mort, et il a tenu parole par ses amis qui lui ont fait changer de tombe cette nuit du 27Mars 1921 à Azlag N Tzammurt où il est tombé au champ d’honneur. 
Mais avant de parler du rôle principal joué par Moha Ouhammou en tant qu’exemple de chef de la résistance armée des tribus amazighes, voyons d’abord qui est Moha Ouhammou ?

 a suivre

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

The Insatiable Traveler

Celebrating the world one photo, one story, at a time

Idiot Joy Showland

This is why I hate intellectuals

tressiemc

some of us are brave

The Gloria Sirens

Leap Out of the Deep and Sing

Danny Gregory

Inspiration for creative folks like you.

BEN TROVATO – Durban Poison

Columns, letters and rants

Serendipitydodah

A place of unexpected discoveries and fortuitous happenstance

momsicle

something to suck on

My Least Favorite Child Today

A daily ranking of my children

JHIBlog

The blog of the Journal of the History of Ideas, committed to diverse and wide-ranging intellectual history.

Lipstick and Laundry

Celebrating Imperfection One Pile at a Time

Echoes from the Vault

a blog from the Special Collections of the University of St Andrews

The WordPress.com Blog

The latest news on WordPress.com and the WordPress community.

%d bloggers like this: